Les Fake News – cancer des réseaux sociaux?

Fausses nouvelles

A l'heure où la vague d'informations d'origine russe qui déferla sur les réseaux sociaux en pleine campagne électorale américaine en 2016 fait débat jusque dans les tribunaux, les fake news sont sur le devant de la scène.

Qu'est-ce que l'on appelle fake news, ou fausse nouvelle en français?

La version anglophone de Wikipédia définit une fake news comme étant une information non vérifiée qui prétend être basée sur des faits véridiques. C'est donc une fausse information déguisée en vraie.

La fake news se distingue des hoaxes, qui sont eux des rumeurs transmises par voie électronique aussi, mais pas forcément sous l'apparence d'une information de type journalistique.

Apple

D'où vient-ce?

Poisson

Les fausses nouvelles sont aussi vieilles que les vraies!

En effet, au XIIIème siècle avant JC, Ramsès II en faisait déjà usage, diffusant mensonges et propagande à propos de la bataille de Qadesh. Selon lui, ce fut une victoire éclatante des Egyptiens sous son égide; selon des observateurs neutres, il s'est agi plutôt d'un "match nul".

Durant le XXème siècle, la presse traditionnelle s'est faite l'écho de nombreuses campagnes de propagande (pas encore appelées fake news à l'époque), en particulier en temps de guerres mondiales, de même qu'en temps de guerre froide.

D'autres types de fake news plus joyeuses fleurissent dans les quotidiens traditionnels au tournant du millénaire, chaque premier avril. Mais dans ce cas de figure, il n'y a pas de but autre que de faire rire.

Où en est-on?

Avec l'avènement d'Internet et surtout des réseaux sociaux, les fake news ont trouvé leur plateforme de prédilection. Elles se transmettent désormais à la vitesse de l'éclair, presque aussi vite que l'information réelle, laissant l'internaute souvent pantois...

Exemple lors de la récente tuerie de Las Vegas. A peine celle-ci finie que la confession potentielle et la couleur politique présumée du tueur étaient mises en avant sans preuve, le nombre de tueurs mis en doute, et même la véracité de la tuerie remise en question sur les réseaux sociaux.

La fake news peut prendre toute sortes d'apparences, pour mieux tromper son monde: texte, image, son, vidéo, etc. toujours en imitant une publication de type journalistique.

Des "vraies sirènes" aux faux articles d'e-presse, elles font dire n'importe quoi à n'importe qui...

"Ne croyez pas que tout ce que vous lisez sur Internet est juste parce que ça apparaît sous forme de citation avec une photo à côté." Abraham Lincoln (1809 - 1865)

"Sur Facebook et Twitter, c'est encore pire!" George Washington (1732 - 1799)

Si aux débuts d'Internet des sites comme hoaxbuster permettaient de trier le bon grain de l'ivraie, avec la diffusion en temps réel cela devient beaucoup plus ardu de distinguer le vrai du faux, submergé que l'on est par un tsunami d'informations continues.

D'autant plus qu'il est extrêmement simple de générer des fake news. C'est en effet l'affaire de quelques minutes. Et pour les diffuser, rien de plus facile: merci Twitter, Facebook et compagnie! Avec en sus les #hashtags adéquats et un bon push publicitaire, la désinformation est en marche en deux temps trois mouvements.

Et attention au passage à ne pas cliquer trop vite sur n'importe quel lien dans une fake news virale – gare en effet aux ransomwares et autres malwares qui peuvent s'y cacher.

Fake News

Où va-t-on?

Actualités

Forcément, toute publication sponsorisée sur les réseaux sociaux représente un bénéfice financier pour lesdits réseaux sociaux. Ils ne sont donc pas pressés de "faire le ménage", où de laisser traire facilement leur vache à lait si productive...

Mais vu l'ampleur de la crise qui a entraîné la convocation des acteurs concernés (Google, Facebook, Twitter) devant les tribunaux pour aborder le sujet des fake news provenant de Russie, ils ne vont plus pouvoir se cacher bien longtemps, ces acteurs majeurs.

En effet, dans le cas de Facebook, ce sont 80'000 posts avant et après la campagne présidentielle 2016 qui ont été délivrés à pas moins de 126 millions d'internautes. Pendant que 36'000 comptes Twitter déversaient leur contenu en parallèle...

Fake News

© IFLA [source: https://www.ifla.org/publications/node/11174/]

D'ici que les acteurs concernés aient changés leurs algorithmes, il vaut la peine de faire preuve d'esprit critique en parcourant son flux d'informations quotidien.

La Fédération des Associations de Librairies (IFLA: International Federation of Library Associations and Institutions) a émis une affichette en 8 points fort utile à ce propos.

A diffuser sans modération.

Contactez-nous